actualité

16 février 2019

tunisie

Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid

Deux terroristes se sont fait explosés dans la nuit de mercredi à jeudi 8 février 2019 lors d’une descente sécuritaire au quartier-nord de la ville de Jelma, gouvernorat de Sidi Bouzid.

 

Rapporte l’agence Tunisienne citant un communiqué du ministère de l’Intérieur. Il s’agit notamment des dénommés Ezzeddine Ben Lazhar Ben Sassi Aloui et Ghali Ben Habib Ben Mohamed Esghaïer qui étaient armés de ceintures explosives, informe-t-on. Les deux dangereux terroristes ont activés leurs ceintures à la vue des forces de l’ordre arrivées. Etant originaires de Sidi Bouzid, ils faisaient l’objet d’un avis de recherche et d’un appel à témoin. A indiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Sofiène Zaâg. Selon les informations du ministère de l’intérieur Tunisien, les terroristes en question appartenaient à Katibat Attaouhid wal-Jihad dont la plupart des éléments avaient été neutralisés lors d’une descente opérée le 5 décembre 2018, dans une maison louée dans la localité de Lassouda du gouvernorat de Sidi Bouzid.
Un entrepôt de fabrication d’explosifs a été découvert, des documents pour des attentats terroristes spectaculaires, l’attaque de patrouilles sécuritaires et de postes de police, ajoute-t-on de même source. Une arme à feu de type «Steyr», des munitions, cinq engins explosifs déclenchés à distance, trois fusils de chasse de calibre 12 mm, six téléphones mobiles, des jumelles, un électromètre, un grand couteau et une somme d’argents ont été saisis lors de cette opération. Ezzedine Aloui, chef de la Katiba du Jihad et de l'unicité étant le cerveau présumé d'un plan terroriste qui projetait de s'attaquer aux forces de l'ordre avant de s'approprier le contrôle de Sidi Bouzid et d'y instaurer un émirat islamique. Il a rejoint l'organisation terroriste «Jound Al Khilafa» dont les membres sont retranchés à Jebel Mghilla depuis 2014 avant de la quitter pour s'installer à Sidi Bouzid et de recruter plusieurs terroristes.

Tibunal de premiere intance de Tunis prononce 41 condamnations pour terrorisme 
La Chambre criminelle spécialisée dans les affaires terroristes au tribunal de première instance de Tunis a rendu 42 verdicts dont 41 condamnations à la peine capitale dans l'affaire de l'attaque contre des militaires à Henchir Talla dans le gouvernorat de Kasserine, perpétrée le 16 juillet 2014, rapporte le porte-parole du tribunal Sofiene Selliti cité par TAP. «La Chambre a condamné deux accusés à la peine de mort et à 50 ans de prison et un troisième accusé à 7 ans de prison,» a-t-il précisé et d’ajouter que les 39 autres accusés en état de fuite ont été condamnés à des peines de mort, à la prison à vie et à 50 ans d'emprisonnement. Le groupe terroriste avait perpétré une attaque le 16 juillet 2014 contre deux postes de l'armée nationale à Henchir Tella dans le gouvernorat de Kasserine faisant 15 morts et 20 blessés parmi les militaires, rappelle-t-on.

 

 

Posté par ecrvain oki à 22:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


internet

Le réseau internet exposé aux attaques de l’exterieur du pays

 

Le premier réseau social au monde Facebook fort par ses 2,13 milliards d’utilisateurs actifs disposant de 10 000 personnes travaillant à la sécurité compte doubler son effectif dans les mois suivants. En France seulement Facebook avait réalisé en 2016 un chiffre d’affaires estimé à 540 millions d’Euros.

 

Le monde de l’Internet qui de nos jours a révolutionné notre planète terre où des millions d’internautes possèdent des sites et postes de travail important alors que beaucoup d’autres restent méfiants de ce vaste globe virtuel permettant l’anonymat. Beaucoup de zappeurs qui entrent dans cette espace où il est plus facile de communiquer sous couvert de l’anonymat en chattant sur des sites avec une caméra pour s’amuser avec des personnes du monde entier, ceux là trouvent avec le tchat une nouvelle forme d’interaction qui leur permet de se cacher ou de mentir sur eux-mêmes en ayant recours au changement rapide d’identité.
Or, les internautes entrent en contact avec d’autres internautes à l’intérieur de leur pays comme à l’extérieur ayant aisément une certaine intimité virtuelle dans lequel le net offre l’invisibilité de ne pas distinguer entre les genres et les âges des personnes dans cet immense espace. les Algériens sont de gros consommateurs de l’internet à la recherche beaucoup plus de l’amitié, l’amour, les échanges et surtout l’amusement sans autre objectif. 
Devant cet état de fait et face à cette modernité du net, un taux de criminalité élevé a été constaté par des experts de la cyber-criminalité dans le monde et en Algérie, la police judiciaire et la Gendarmerie nationale possèdent déjà des équipes de cyber enquêteurs ayant bénéficié de formation à l’étranger de haute qualité afin de lutter avec performance contre cette nouvelle forme de criminalité. 
Les écoles peuvent jouer un important rôle dans la prévention contre les menaces provenant de l’internet en mettant en garde les utilisateurs sur les risques de la cybercriminalité à tous les niveaux . selon des experts en la matière chaque jour , c’est près de deux millions d’utilisateurs qui sont victimes de piratage sinon des hackers d’informatique qui essayent d’obtenir des informations personnelles ou nuire à des sociétés, banques et institutions officielles.

CYBERSECURITE ET CYBERCRIMINALITE 
Soit informe-t-on trois catégories de délits liées à la cybercriminalité en premier lieu lié à l’atteinte au système informatique , la seconde en utilisant les TIC en tant que moyen de commettre des actes criminels en particulier des escroqueries , des usurpations d’identités, des menaces et blanchiment d’argent et la dernière consiste à utiliser ces technologies comme vecteur de contenus informationnels illicites tels que la pornographie, l’apologie du terrorisme, le racisme, le trafic de drogue et les vols. D’après le responsable de la sécurité informatique américaine Kaufman Rossin et Co étant une entreprise à Miami qui avait révélé que les chiffres de l’industrie informatique font état de 556 millions d’attaques enregistrées pendant une année contre les réseaux sociaux, les courriers électroniques, les comptes bancaires et certaines entreprises, précise-t-on.
Les réseaux sociaux comme Facebook, twitter et autres restent toujours propices pour le rassemblement d’informations personnelles pour notamment des usurpations d’identités dans le but d’effectuer des activités criminelles ou alors identifier des victimes faciles pour les voler ou les extorquer. En Algérie c’est deux millions d’utilisateurs possédant un compte Facebook et environ 20 millions d’utilisateurs du réseau seraient des mineurs dont le tiers soit huit millions de personnes n’auraient pas l’âge nécessaire pour pouvoir s’inscrire dans ce site très prisé par tout le monde alors que le site est interdit d’accès pour les moins de 13 ans. Sur les huit millions des membres âgés de moins de 13 ans, cinq millions d’entre- eux sont des enfants de dix ans. Sur le plan des affaires délictueuses liées au Net , il a été comptabilisé un nombre de 88 individus qui ont été poursuivis pour des délits liés à la cybercriminalité recensés de 2005 à 2010 soit souligne-t-on 13 cas de ce genre d’affaires ont été traitées par les instances judiciaires algériennes.
Ce nouveau phénomène du nouveau genre de crime demeure en phase de développement embryonnaire puisque en Algérie il n’y a pas beaucoup d’utilisation des cartes d’accès bancaires et les délits les plus répandus sont 21% d’ introductions frauduleuses de données dans les systèmes informatiques et la détention de renseignements obtenus suite à des accès illicites aux données et aux publications de photos pédophiles avec un taux de 3 % . L’Algérie souhaite sécuriser son réseau internet qui est faiblement sécurisé et menacé par des attaques de l’extérieur et le nouveau système appelé global internet Exchange GIX est un dispositif permettant une sécurisation optimale grâce à une interconnexion directe Des réseaux intégrant les points d’échange et l’interconnexion directe qui évite la fuite des données. L’utilisation des courriels non sollicités, les messages spam qui incite l’internaute à télécharger ou à cliquer sur un lien conduisant vers un site malveillant permettant ainsi l’espionnage de l’outil informatique. 
En 2009 c’était près de 138 compagnies américaines qui avaient perdu 54 milliards de dollars à cause de nombreuses attaques du Net face au commerce électronique qui fait gagner plus de 150 milliards de dollars par an aux USA et une seule coupure d’un jour peut faire perdre 425 millions de dollars, indique-t-on. En grande Bretagne de nombreuses entreprises britanniques avaient été aussi prises comme cible par des actes de piratage électroniques à partir de l’étranger avait indiqué le responsable de la police des renseignements M15, Jonathan Evans. C’était une grosse compagnie cotée en Bourse ayant perdu 800 millions de livres Sterling en une année à cause de ces attaques, informe-t-on.

L’INTERNET COMPTE UN MILLIARD DE SITES DANS LE MONDE
Le site spécialisé internetlivestats.com a évalué à plus de 1,06 milliard le nombre de sites que compte actuellement Internet qui a vu le jour il y a 25 ans. Soit plus d’un milliard de sites qui ne cessent d’accroître aux files des ans. Son ancêtre, l’Arpanet, a été mis en place en 1969 par l’armée américaine avec l’objectif de relier plusieurs ordinateurs en réseau afin de faciliter la communication et les échanges de données. Mais il a fallu attendre l’année 1980 pour que l’idée d’un réseau mondial connecté devienne possible grâce au Britannique Tim Berners-Lee, qui a établi les bases du World Wide Web. Plus de deux décennies après sa création, l’usage d’internet s’est démocratisé, devenant même incontournable et selon le compteur d’internetlivestats. com, la barre des 3 milliards d’internautes devrait aussi être franchie prochainement. Tim Berners-Lee, informaticien britannique est l’inventeur du world wide web et celui qui a développé l'idée d'Internet pendant son temps libre alors qu'il travaillait en Suisse dans un laboratoire du CERN, l'organisation européenne pour la recherche nucléaire.

 

 

Posté par ecrvain oki à 22:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2019

vol de voiture

Les vols de véhicules restent en première place dans les annales des crimes en Algérie

 

Ces dernières 48 heures ont été chargées dans les intenses investigations qui avaient été menées par les forces de l’ordre de la wilaya d’Annaba.

 

Or, les dernières informations de dernières minutes révèlent que La brigade de la Gendarmerie d’Aïn Berda a mis hors d’état de nuire cinq individus âgés entre 19 et 25 ans formant un réseau national spécialisé dans le vol de véhicules et opérant entre Annaba et Constantine. Trois personnes de la bande sont en fuite et activement recherchées, elles ont organisé plus de 15 opérations de vols de voitures dans les wilayas avoisinantes. Un véhicule utilitaire, volé dans la localité d’Aïn Sayad (Aïn Berda) et retrouvé à Constantine, serait à l’origine du démantèlement de ce réseau grâce aux investigations menées par les éléments de la Gendarmerie nationale d’Annaba et de Constantine. Cette opération a permis de récupérer trois véhicules volés. Le vol de véhicules demeure un phénomène qui commence à rendre la vie dure aux services de sécurité provoquant une réelle escalade des vols en question.
Les dernières statistiques communiquées par la Direction générale de la Sûreté nationale indiquent que 2318 véhicules ont été volés durant l’année 2015 contre 2025 voitures volées pendant 2014. Seulement un nombre de 956 véhicules ont été récupérés avec un taux de 41,21 %. 705 personnes impliquées dans les vols ont été arrêtées par la police. Selon les indications de la police, le vol de voitures occupe la première place dans les annales des crimes sur le sol algérien. une course poursuite avait été engagée en début de décembre 2012 au niveau de la cité Plaine Ouest dans la nuit par la police pour neutraliser deux suspects appartenant à un réseau de vol de véhicule. Les deux éléments notamment un chef de file et son complice originaires des villes d’Annaba et Guelma dont l’identité n’a pas été révélée étaient à bord d’une voiture volée de marque Renault Clio qui l’avaient abandonné après que les policiers avaient tiré des coups de feu dans leur direction. Les deux malfaiteurs furent arrêtés aussitôt pour être conduit à central de police.
A ce titre il est impératif de signaler que durant l’année 2012 il a été enregistré beaucoup de vols de voitures, un phénomène qui commence à rendre la vie dure aux services de sécurité provoquant une réelle escalade des vols en question. Un second vaste réseau très organisé et structuré activant à travers plusieurs régions de l’est du pays qui avait été démantelé aussi par les services de police de la PJ soit trois groupes de trafiquants de voitures composés de 13 personnes furent épinglés. un premier groupe de trois malfaiteurs furent neutralisé en premier lieu, le trio de voleurs originaires des localités de Skikda, Seroual, Chabia était capturé en possession de plusieurs plaques d’immatriculation fausses utilisées pour le trafic de véhicule, révèlent des sources policières. D’après l’enquête préliminaire, les malfaiteurs agissaient en groupe en préméditant leurs forfaits par des étapes avant de voler leurs victimes. Ils ciblaient les voitures neuves de marques Chevrolet, Renault Symbol, Atos et Accent.
Ayant des complices électriciens et mécaniciens autos, ces derniers obtenaient vite des doubles de clés des véhicules ciblés puis ils utilisaient des documents de circulation de voitures accidentées, informe-t-on. Le deuxième groupe de cet important réseau de voleurs était composé de sept membres originaires de Annaba, Ain Mlila et Batna. Ils activaient entre Barika et Batna. Le dernier gang de voleurs opérait à partir de la wilaya de Tébessa, ils étaient arrêtés à bord de trois voitures volées en Tunisie et en France notamment une 406, Ford et une BMW, indique-t-on. les enquêteurs soulignent que les voleurs passent dans la plus part des cas des cités de Sidi Achour ou de la Plaine Ouest pour transiter par la zone de Boukhadra et sortir d’El Bouni, empruntant la route vers Constantine. Une fois à bord d’un véhicule volé, les malfrats utilisent toujours un éclaireur qui leur indique le chemin libre sans barrage, celui-ci dans une voiture les précèdent de quelques kilomètres pour leur ouvrir la voie. Notons que depuis le début de l’année 2012 pas moins de 18 véhicules avaient été volés dans la wilaya de Annaba soit un rythme deux voitures volées par jour.
Seulement neuf automobiles n’ont pas été retrouvés probablement ils ont été vendus désossés dans la casse. Cette bande opérait dans plusieurs villes de l’Est à savoir Guelma, Souk Ahras, Annaba, El Taref, Oum El -Bouaghi et Batna . Les trafiquants obtenaient des noms de personnes décédées pour réaliser des faux documents, des récépissés de cartes grises. Les bandits avaient été traduits devant le procureur de la République du parquet d’Annaba qui les avait placés en détention préventive. Dans le même chapitre il est important de signaler que dans la localité de Sidi Amar, les policiers ont réussi à mettre hors d’état de nuire 09 cambrioleurs d’appartements âgés entre 18 et 41 ans suite à plusieurs plaintes des victimes, les malfaiteurs ont usé par effraction dans la vingtaine de vols commis. Trois personnes d’entre eux furent écroué par le magistrat instructeur prés du tribunal d’El Hadjar, les autres comparaîtront en citation directe.

Des voleurs de voitures condamnés à dix années de prison
Accusés pour association de malfaiteurs et trafic de véhicules, trois membres d’un réseau avaient été jugés par le tribunal criminel d’Annaba dont la chronologie des faits remonte au mois de septembre 2010. Les détenus qui étaient deux frères répondants aux initiales de CH.A et CH.T et un complice dénommé R.CH. Selon l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation, l’accusé CH.A plus connu sous le sobriquet de Chkombo étant un mécanicien de profession dans son propre garage situé dans la localité de Ain El Berda s’était spécialisé depuis quelques années dans le maquillage et le désossement des voitures neuves volées.
De nombreuses plaintes de victimes avaient été faites au niveau des services de la Gendarmerie nationale relevant de la commune de cette localité pour lesquelles une minutieuse enquête avait permis l’arrestation en premier lieu du garagiste notamment le principal instigateur de la bande après la découverte dans son garage deux véhicules volés l’un de marque Clio classique et l’autre une Fiat Punto et quelques moteurs de voitures dérobés aussi dont leurs carrosseries ayant été vendues en noir par des spécialistes dans le trafic de voitures. Au procès les trois malfaiteurs avaient nié en bloc toutes les accusations portées à leur encontre devant le juge du tribunal.
Le procureur de la République dans son intervention avait requis une peine de 15 d’emprisonnement pour le trio de malfrats. Au terme du verdict rendu par le jury à l’issue de l’audience ils avaient été condamnés à 10 ans de réclusion criminelle. Rappelons que le mois de novembre 2011, une autre affaire avait été traitée par la justice mettant en cause un ex-policier qui était à la tête d’une bande bien organisée impliquée dans un trafic de voitures et recel de pièces détachées volées durant l’année 2007 dans la région est du pays sous la menace d’armes blanches par une dangereuse bande de 11 malfaiteurs dirigée par un ancien policier. Telle a été l’affaire traitée ce mi- novembre 2011 par le tribunal criminel de Annaba. Les bandits agissaient en toute précaution et ciblant surtout les véhicules neufs de marques appartenant à des fraudeurs.
D’après les informations judiciaires, les nombreuses victimes étaient des proies faciles ayant peur devant la menace des couteaux utilisés par les malfrats qui notamment obéissaient aveuglement à leur chef en l’occurrence L Sofiane et son acolyte K Tayeb . Un receleur parmi les accusés était aussi impliqué qui avait nié totalement son appartenance au groupe mais qu’il a été reconnu par quelques victimes venues témoignées à la barre. Ce dernier résidait dans la wilaya de Constantine avait pour tâche de recevoir les voitures volées et achetait des pièces d’automobiles dérobées également, informe-t-on.
Ce receleur était déjà condamné par contumace à 20 de prison ferme pour ce genre d’affaire avait déclaré être hors de cause et ne connaissant aucun des accusés présents devant lui. Le procureur général dans son réquisitoire déclara que la loi n’accorde aucune circonstance atténuante pour ces bandits et réclama la peine de 15 ans d’emprisonnement à leur encontre. Après les délibérations, la cour prononça 10 années de réclusion criminelle ainsi qu’une amende de 1000 000 DA pour les détenus.

 

 

 

 

Posté par ecrvain oki à 21:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2019

inondation

Annaba plus exposée aux inondations que d’autres villes du pays

 

Une seule journée de fortes pluies suffit pour que presque toutes les ruelles qui mènent au centre ville d’Annaba sont inondées et bloquées par les flaques d’eaux. Plusieurs maisons situées en rez-de-chaussée restent inaccessibles à leurs locateurs et beaucoup de véhicules se sont retrouvés coincés dans les eaux de pluies qui se sont abattues hier dans la journée.

 

Les dernières inondations n’ont pas épargné la capitale Alger et ses environs où le risque reste encore éminent. L’ex-gouvernement de Sellal avait prévenu contre les catastrophes naturelles mettant ainsi un plan d’urgence avec une mise en place du curage des oueds pour éviter l’accumulation des eaux pluviales à travers de nombreux points noirs à l’Est algérien notamment à Constantine, les cités El Guammas, les cités Sahraoui à Ain Abid, à El Khroub et aussi autres régions, indique-t-on. Or, La récente étude sur la stratégie nationale de lutte contre les inondations à l'horizon 2030 qui a été traité par des bureaux d'études espagnols et hollandais, sous la direction de la société espagnole Ofiteco en partenariat avec le ministère des Ressources en eau et de l'Environnement ayant coûté un financement de 1,2 million d'euros, dans le cadre d'un partenariat entre l'Algérie et l'Union européenne révèle l'existence, en Algérie, de 689 sites à risques d'inondations dont 50 à haut risque parmi lesquels 24 impliquent une intervention prioritaire, soit précise-t-on des zones dans les régions nord, est et sud du pays sont les plus exposées aux risques d'inondations, la ville de Batna compte 10 sites qui représentent des risques comme le parc à Fourrage,Tamechit, Bouakel, Hamia et autres.
La wilaya de Annaba possède plusieurs points noirs à savoir la Colonne, Oued Forcha, Chaiba , la Plaine ouest, oued Edhab. Les éléments de la Protection civile ont dans leur mission multiplié ces dernières 48 heures leurs interventions afin d’apporter aides et assistantes aux personnes en danger et surtout sauver des vies humaines. Selon nos informations, en une journée seulement les sapeurs pompiers ont procédé à une dizaine d’opérations de sauvetage pour des citoyens qui se sont retrouvés dans des conditions dangereuses durant les dernières rudes averses en cette période d’hiver. Triste spectacle que celui qui est offert suite aux dernières pluies torrentielles qui se sont abattues derniérement sur la région de la wilaya et ses environs ayant provoqué d’importants dégâts matériels surtout dans les vieilles cités populaires et dans quelques quartiers de la ville en question. Une seule journée de chute de pluies a suffi à l’eau de submerger presque tous les trottoirs de nombreuses cités pendant le déluge causé par une nuit et plus de pluies ininterrompues.
Le lendemain les rues de plusieurs quartiers étaient boueuses et jonchées de cailloux et de divers détritus rapportés par les eaux, a-t-on constaté. La défaillance des regards et l’état des réseaux d’assainissement ont permis aux avaloirs de se bouchés facilement ainsi qu’autres égouts du centre ville qui n’ont été débouchés ni nettoyés depuis belle lurette, semble-t-il. Ces pluies ont par ailleurs provoqué des inondations de terres agricoles et paralysé beaucoup de fellahs dans la région avec d’importantes quantités d’eaux pluviales qui se sont accumulées dans les champs sur quelques centimètres de hauteur. Beaucoup de pauvres familles occupant des habitations précaires et isolées vivent encore dans une constante peur durant l’hiver.

Les sapeurs pompiers pistent les catastrophes
En sept jours, les éléments de la Protection civile du chef-lieu de la wilaya de Guelma de leur coté ont procédé à une centaine d’interventions. Or, ces interventions ont été opérées par trois unités qui activent en étroite collaboration, soit prés 100 sorties recensées en quelques jours seulement par les éléments de l’unité principale de la wilaya Ceux des localités de Oued Zenati et Bouchegouf ont effectué une trentaine d’interventions à travers de nombreuses communes, annonce –t-on . A en croire nos informations, la majorité des opérations accomplies étaient des secours portés aux victimes des accidents de la circulation routière survenus sur des principaux tronçons routiers 16, 21, 80 ayant fait plusieurs blessés.
La Protection civile avait mobilisé d’importants moyens humains et matériels en vue de venir en aide aux populations, sinon de prévenir d’éventuels dangers. Ce corps avait mis en action ses hélicoptères des appareils qui ont été utilisés à travers plusieurs wilayas. La Protection civile assure la couverture de plus de 70% du territoire national. Elle a eu à intervenir notamment lors d’inondations ou de malaises causés par le monoxyde de carbone (CO) qui sévit pernicieusement à la faveur de cette sensible baisse du mercure. Elle a par ailleurs, porté secours à des familles en difficulté et à des automobilistes piégés par le mauvais temps. Les Algériens sont lourdement pénalisés par ces intempéries qui, pourtant, font le bonheur de certains mais notre pays manque des moyens élémentaires pour remédier aux coupures survenues sur le réseau routier. Plusieurs localités, faute de chasse-neige, deviennent isolées lors des chutes de neiges ou d’averses de pluies fortes constate-t-on.
L’ampleur des dégâts occasionnés par les intempéries a laissé visiblement des traces sur des habitations fragiles, des fissures et quelques parties des toitures effondrées à Annaba. D’après le dernier recensement effectué par les services de la Protection civile du chef lieu de la wilaya d’Annaba, une commune sur trois est susceptible d’être inondée en partie ou en totalité. Ces inondations sont les catastrophes naturelles les plus fréquentes et les plus destructrices qui provoquent d’importants dégâts humains et matériels. La période allant de 1969 à 2008 avait révélé qu’il n’existe pas de régions prémunies contre ce risque. Aussi, il ressort que des grandes inondations engendrées par des pluies exceptionnelles généralisées sur des bassins versants et pouvant toucher plusieurs régions atteignent, parfois, l’ampleur d’une catastrophe nationale comme les inondations de 1968 en Algérie et celle du 10 novembre 2001 qui furent les plus meurtrières de l’histoire des inondations.
Le rôle de la Protection civile dans la prévention du risque inondation, sa mission est instituée par la loi qui régie l’organisation, soit l’élaboration et le contrôle de l’application des mesures et des plans de prévention des inondations ainsi que l’élaboration d’études de localisation des zones inondables. Le plan Orsec est organisé et planifié selon trois phases : la phase d’urgence notamment rouge, la phase d’évaluation et de contrôle et la phase de réhabilitation. Des pluies répétées, importantes et prolongées du régime océanique ainsi que des averses courtes mais intenses sont majoritairement les principales causes des inondations. Autres facteurs majeurs comme les ruissellements en secteur urbain où des orages intenses peuvent occasionner un très fort ruissellement en dehors des lits des courts d’eau lorsque l’imperméabilisation des sols et la conception de l’urbanisation et des réseaux d’assainissement font obstacle à l’écoulement normal des pluies intenses, a-t-on fait savoir.
Dans la même vision il est à souligner que suite aux rapports effectués par les autorités locales du chef-lieu de la wilaya d’El Taref sur les dernières inondations survenues dans plusieurs régions de la ville durant toutes dernières grandes averses hivernales qui notamment avaient causées des pertes de prés de mille hectares de terre agricole. Or, cet état de fait a conduit le gouvernement à débloquer en priorité une grosse enveloppe financière de l’ordre de 600 milliards de centimes au profit de cette wilaya dans le but de tracer un plan d’action de protection des zones ciblées par ce phénomène naturel. Des projets ont été déjà lancés dans la région de Sidi Boukhroufa aux lac des oiseaux, indique-t-on. A Annaba des habitants des cités et quartiers victimes chaque année de ce type de sinistre. Que ce soit à la cité des As, Oued Eddeheb, 11 Décembre, la Colonne, Pont blanc, Oued Forcha et Didouche Mourad, l’inquiétude est de mise même si la pluie n’est toujours pas au rendez-vous.
Cette inquiétude a été prise en charge par la commune d’Annaba. Cette institution a, en effet, dégagé une enveloppe de 30 millions dinars pour la mise en place d’un programme de prévention des inondations. Pour assurer l’efficacité de ce programme qui comporte entre autres la réfection et le curage du réseau d’assainissement de la ville, les services communaux, de l’hydraulique, de l’urbanisme et des travaux publics ont été mis en alerte. Quelque 2000 agriculteurs sont annuellement victimes de ces inondations. Sont également abordés les rejets des eaux usées industrielles et des usines de transformation de tomate industrielle pour beaucoup dans la pollution de l’Oued Seybouse, la situation de la ville, qui se trouve à un niveau plus bas que celui de la mer, court toujours le risque d'inondations de certaines zones, comme Boukhadra, Sidi Salem, El-Bouni, la plaine ouest, la colonne... Le dernier orage, qui avait frappé, avait déjà fait de gros dégâts et occasionné de grosses pertes matérielles pour les citoyens de ces agglomérations.

Des terres agricoles inondées
Une grosse perte de récoltes fut constatée où des centaines de terres agricoles avaient été touchées par des inondations, l’année 2010, c’était plus de 1 200 hectares de superficies céréalières qui avaient été endommagés par les dernières intempéries qui avaient frappé dans la région d’Annaba, a-t-on appris de la direction des services agricoles (DSA). Les superficies agricoles inondées par les eaux de pluie étaient précisément situées dans les régions de Chorfa, El-Eulma, Aïn Berda et El Hadjar. Des actions d’entretiens d’envergure devraient souligne-t-on être mise en œuvre pour l’entretien du réseau d’évacuation des eaux de pluie ainsi que sur la nécessité du dragage des oueds et des cours d’eau situés le long des superficies agricoles pour les protéger des éventuelles inondations, et surtout pouvoir mettre à l’abri les récoltes, révèle-t-on.

 

 

 

Posté par ecrvain oki à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2019

france

L’épouse de Maurice Audin décèdée à l’âge de 87 ans après un long combat

 

Le 11 juin 1957, Maurice Audin, 25 ans, fut embarqué par des militaires français venus le chercher dans son domicile d’Alger, où il vivait avec sa femme et ses trois enfants. Il ne réapparut jamais. L’armée française expliqua, mise en scène à l’appui, qu’il s’était évadé au bout de dix jours.

 

 Il avait en fait été torturé et tué. Josette Audin aura dû attendre le mois de septembre 2018, soixante et un ans après la mort de son mari et quatre mois et demi avant la sienne, pour que l’Etat admette officiellement la vérité, par la voix du président Emmanuel Macron. Josette Audin avait consacré son existence à ce que la vérité soit faite sur l’assassinat de son mari Maurice Audin et la pratique de la torture pendant la guerre d’Algérie. Cette grande dame Josette Audin est décédée ce samedi à l’âge de 87 ans. Elle s’est éteinte à son domicile de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Elle avait consacré toute sa vie à faire reconnaître l’implication de l’État français dans la mort en 1957, sous la torture en Algérie, de son mari, Maurice Audin, grand militant communiste et anticolonialiste et figure de l’anticolonialisme.
Ces derniers mois, en dépit de la maladie, cette mère de trois enfants trouvait la force d’être là où son combat devait la mener, a rapporté le Parisien dans sa dernière édition. En septembre dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, avait finalement reconnu la responsabilité de la France dans l’assassinat de son époux. Sa dernière apparition publique date du 8 janvier dernier lorsqu’elle est mise à l’honneur et félicitée par le président (PCF) du Département, Christian Favier, pour son combat anticolonialiste, lors des vœux du Conseil départemental. Il avait notamment évoqué la « fierté » que le 105e collège du Val-de-Marne, le collège du quartier du Port-à-l’Anglais inauguré en septembre prochain à Vitry, porte le nom de Josette et Maurice Audin.

 

 

Posté par ecrvain oki à 21:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 février 2019

PECHE

Par manque de professionnels, le poisson devient rare sur le marché

 

 

Afin de lutter contre la pêche illicite, les exportateurs des produits de la pêche vers l’étranger devront selon la réglementation disposer d’un certificat de capture délivré par le ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques. Certainement, les lots de poissons transformés et importés par les pays membres de l’UE.

 

Or, dans cette optique il faut souligner que la zone de pêche qui est évaluée à 9,5 millions d’hectares soit un littoral de1200 km riche en ressources halieutiques évaluées à près de 200 000 tonnes par an. Des réserves estimées selon la direction de la pêche à 100 000 tonnes par an, sur le plan des exportations, l’Algérie exporte les crevettes, le thon rouge, le poulpe, la sardine et la langouste. il faut savoir que la production algérienne est de seulement 130 000 tonnes /an avec pour conséquence un très faible ratio de consommation par habitant soit 5 kg par an alors que la moyenne de la consommation par habitant dans le monde est de 15,7 kg, au Maroc elle est de 8 kg et en Tunisie de10 kg. Le quota de thon attribué à Algérie qui est de l’ordre de 138 tonnes pour l’année 2014 alors qu’il était cinq fois supérieur en 2013, une quantité de 680 tonnes.
La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique a dernièrement décidé des nouveaux quotas de pêche pour quelques espèces menacées dont le thon rouge avec une réduction de 5% afin d’avoir une quantité de 12 900 tonnes en 2014 contre 13 500 tonnes en 2013. Toutefois la pêche de ce poisson valeureux qui est bien dominée par les pays d’Europe à savoir la France avec une production de 6700 T, l’Espagne 6000 T, l’Italie 4500 T plus de la moitié de la production du thon rouge de l’Atlantique provient de la méditerranée. Or, les pêcheurs des ces trois pays se sont rabattus sur la méditerranée pour pêcher dans illégalité le thon rouge qui se trouve en grande quantité dans cette mer jugée pas trop surveillée, indique-t-on, le thon rouge algérien se consomme d’après certains renseignements fiables ailleurs grâce à des affairistes dans le domaine versés dans le trafic de la pêche.
Les plus importantes exportations vers les pays de l’Europe comme la France, l’Espagne et l’Italie, des produits de pêche algérienne sont le thon rouge, les crevettes, les langoustes et les poulpes et le reste des pêches est destiné pour le marché national en quantité minime pour le besoin d’une population forte en croissance. l’Etat est bien conscient du sous développement du secteur en question et doit nécessairement se pencher à moderniser sa flottille tout en mettant en œuvre le renouvellement et l’extension d’infrastructures portuaires dans les grandes villes côtières avec ses nombreuses zones qui sont encore vierges. A Annaba, les pêcheurs sont depuis quelques jours en chômage et le poisson est quasiment introuvable dans les marchés de la ville à part la sardine qui se vend un peu chère dans des poissonneries et le calamar.

Peur et désordre sur le port de pêche d’Annaba
Le port de pêche d’Annaba vit actuellement une certaine anarchie et un désordre total avec ses quelques centaines de sardiniers qui appartiennent aux pêcheurs venant particulièrement des wilayas de Jijel, Skikda et Mila, nous font savoir certains hommes de la mer. Ces derniers signalent à la Nouvelle République que parmi ces vieux et jeunes pêcheurs, plusieurs d’entre eux ne possèdent aucun permis pour exercer ce métier précieux et l’absence de tout contrôle pousse une catégorie de gens à imposer par la force leur loi, pour ne pas dire leur diktat. C’est dénonce-t-on la mafia qui gère réellement et parfaitement le port de pêche et le marché du poisson local. Les marins- pêcheurs nous dit-on qui sont contre et qui s’opposent sont à dire vrai dangereusement menacés, indiquent nos interlocuteurs.
Par ailleurs il est à relever dans ce contexte que l’absence totale du service d’ordre a selon toute vraisemblance aidé à la prolifération de quelques conteneurs non autorisés appartenant à cette redoutable mafia armée d’armes blanches qui cause une situation d’insécurité au niveau du port de pêche la Grenouillère, souligne-t-on de mêmes sources. Avant, le port était géré par la commune d’Annaba qui actuellement semble être hélas dans l’incapacité de maîtriser la situation actuelle qui ne cesse d’ores et déjà de dégénérer.
Selon les constatations faites, un manque de surveillance, d’organisation et de sécurité perdure et règne dans cette activité porteuse. D’après certains armateurs, la mafia qui règne en maître par la force impose aux livreurs de payer cash pour qu’ils puissent s’approvisionner au niveau de la grenouillère, nous font-ils savoir. Cela crée d’autre part une flambée vertigineuse des prix de détail du poisson vendu sur les marchés de la ville et au niveau de diverses poissonneries non pas par manque du produit extrait de la mer mais par fuite de plusieurs pêcheurs qui vont vendre leur poisson ailleurs, nous affirment nos informateurs.

Une région riche en poissons
Certainement la wilaya d’El Taref qui dispose d’une vaste zone côtière de plus de 1 000 km2 en plus des lacs Tonga, Oubeira et Mellah formant une véritable réserve intégrale de plus de 2600 hectares riches en diverses espèces de poissons notamment les anguilles, la dorate, la crevette grise et la carpe. le secteur de pêche en question avait enregistré une production de 5 444 tonnes de poissons en 2012 et près de 80 % de cette production locale sont vendues hors wilaya notamment à Sétif, Constantine, Batna, Annaba et Alger. La flottille de pêche de cette wilaya est composée de 48 sardiniers, 16 chalutiers et de petits métiers. Le projet tant attendu d’un nouveau port réalisé en partenariat avec une société mixte algéro-italienne «Sotramest et CMC di Ravenna» affiche un taux d’avancement de 90 % pourrait lever le poids sur le port de pêche d’El Kala qui est d’ores et déjà saturé d’une capacité de 100 embarcations seulement, indique-t-on.

 

Posté par ecrvain oki à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coup de filet grandiose de la BRI : 81,5 kg de kif saisis

 

La brigade de recherche et d’intervention ) relevant de la police judiciaire de la sûreté de wilaya de Guelma nouvellement installée a dans sa première intervention réussi un coup de filet grandiose en démantelant le 28 janvier un important réseau national de drogue composé de 7 personnes âgés entre 35 et 45 ans opérant entre les wilaya de Guelma, Constantine et Tlemcen, apprend-on.

Deux malfaiteurs ont été arrêtés et 5 autres restent activement recherchés. Le butin est composé de 81,5 kg de kif traité sous forme de plaquettes, de 8 milliards 99 millions de centimes, de 1 620 euros, 90 dinars tunisiens, de 7 véhicules, de 2 motos grosses cylindrées, de 21 téléphones cellulaires en plus de 20 puces non utilisées, d’un fusil de chasse, de 2 fusils harpons, de 26 flacons de morphine et d’un trieuse de billets de banque. Cette bonne prise a été rendue possible grâce aux précieuses informations fournies par des indicateurs aux services de police où les enquêteurs ont pu neutraliser un élément de la bande qui circulait en voiture sur la voie entre Aïn-Makhlouf et Oued-Zenati. Après son arrestation, le suspect est passé aux aveux et suite à une souricière tendue par la police à l’un de ses acolytes pour une livraison de 20 kg de drogue, celui-ci est vite tombé dénonçant du coup l’endroit où était déposé le fameux butin. Les deux mis en cause ont été déférés hier devant le parquet d’Oued-Zenati où ils seront placés en garde à vue.

 

 

Posté par ecrvain oki à 19:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2019

La marine nationale se dote de deux nouveaux sous-marins type 636M russe

Pendant la mi-janvier 2019, Les Forces navales algériennes ont procédé à la mise en service de deux nouveaux submersibles de ce type à la base de Mers El-Kébir en présence du chef d’Etat-major algérien Ahmad Gaïd Salah, rapporte le ministère de la Défense.

 

Désormais la marine algérienne dispose de quatre sous-marins du projet russe 636M, a-t-on indiqué de même source. Le ministère de la Défense a annoncé sur son site que lors d’une cérémonie solennelle organisée le 9 janvier à la base navale de Mers El-Kébir d’Oran, deux nouveaux sous-marins du projet russe 636M Varchavianka (Improved Kilo, selon le code Otan) sont entrés en service en Algérie. Le chef d’Etat-major général et vice-ministre algérien de la Défense Ahmed Gaïd Salah a assisté à cette cérémonie en présence de hauts gradés de l’Armée nationale. Les deux premiers sous-marins du projet 636M destinés à la marine ont été remis à Alger en 2010 et avec l’arrivée des sous-marins baptisés Ouarsenis et Hoggar qui ont reçu les numéros 031 et 032, les forces navales se développent puissamment.
Les médias russes avaient rapporté en février 2014 que l’Algérie avait commandé deux autres sous-marins du projet 636M aux chantiers navals de l’Amirauté à Saint-Pétersbourg. Ces submersibles ont quitté Saint-Pétersbourg le 2 octobre et le 27 novembre 2018. Baptisé trou noir par les experts de l'Otan pour sa discrétion, le sous-marin diesel-électrique polyvalent du projet 636M Varchavianka (Improved Kilo, selon le code Otan) appartient à la 3ème génération de sous-marins. Il a un déplacement de 2.350 tonnes en surface et de 3.950 tonnes en plongée et une vitesse de 17 à 20 nœuds. Le sous-marin a 45 jours d'autonomie et est conçu pour plonger à 300 mètres.
Il peut être doté de 18 torpilles de 533 mm (six tubes) et de 24 mines. Son équipage comprend 52 sous-mariniers. Soulignons qu’à l'heure actuelle, des sous-marins de classe Kilo sont en service dans les marines algérienne, chinoise, indienne, iranienne et vietnamienne.

Posté par ecrvain oki à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2019

Une attaque terroriste tue 16 personnes dont quatre Américains

L’attaque la plus meurtrière contre les forces américaines de la coalition internationale depuis 2014 dans la zone de conflit en Syrie est survenue ce mercredi 15 janvier 2019 par une attaque terroriste à Minbej en Syrie revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

 

L’attentat-suicide a fait seize personnes, dont quatre Américains tués. Le commandement Central de l'armée américaine (Centcom) dans un communiqué a indiqué que «deux militaires, un employé civil du ministère de la Défense et un employé d'un sous-traitant du Pentagone ont été tués, et trois autres militaires ont été blessés lors d'une interaction locale à Minbej, en Syrie,» Une vidéo filmée par une agence kurde locale sur les lieux du drame montre une façade noircie et complètement éventrée, l’endroit dans le quel ont péri douze autres personnes sept civils et cinq combattants d'une force arabo-kurde qui accompagnaient la patrouille américaine-- ont également péri dans cet attentat près d'un restaurant du centre de Minbej (nord), indique-t-on.
L'EI a vite revendiqué, dans un communiqué sur l'application Telegram, l'attentat mené par le frère kamikaze Abou Yassine al-Chami, qui détona sa veste d'explosifs au milieu d'une patrouille comprenant des membres de la coalition croisée. «La Turquie a condamné fermement cet attentat infâme et répète sa détermination à ce que les opérations conjointes avec les Etats-Unis se poursuivent pour conclure au plus vite l'application de la feuille de route de Minbej», a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.
Elle a menacé de déloger par la force de sa frontière la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), qu'elle considère comme un groupe terroriste. De son coté Moscou, soutien du président Bachar al-Assad, c'est le régime qui devrait reprendre le contrôle du nord du pays après le retrait américain attendu. Le conflit en Syrie, déclenché par la répression de manifestations pro-démocratie, a fait plus de 360 000 morts et poussé à la fuite des millions de syriens hors du pays.

 

Posté par ecrvain oki à 18:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2019

les assurances

Le secteur de l’assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles

 

 

Le Conseil national des assurances rapporte dans son bilan des neuf premiers mois de 2018 que le marché national des assurances avait enregistré un chiffre d’affaires de 105,4 milliards de DA dont note-t-on 68,1 mds pour les sociétés publiques contre seulement 23,6 mds DA pour les entreprises privées.

 

Le secteur de l’assurance automobile domine toujours avec un montant de 52 mds DA pour la même période. La branche incendie et risques représentent un chiffre d’affaires de 35 mds DA alors que celui des assurances contre les catastrophes naturelles détient uniquement 11,3%. Un résultat favorable a été dénombré pour la branche du transport maritime qui avait enregistré pour elle seule un taux de 70,6% dominant sur les autres filières des transports, indique-t-on. L’arrêté ministériel a fixé le montant de la prime d’assurance ou de la cotisation pour l’assurance des biens immobiliers à 1500 DA et pour l’assurance des installations industrielles ou commerciales à 2500 DA. Le prix normatif fixé du mètre carré bâti applicable pour la détermination des capitaux assurés pour les biens immobiliers est de 28 000 DA à 39 000 DA. Le secteur algérien des assurances est vers une chute cruciale à cause de la hausse alarmante des sinistrés et des accidents de la route. 
L’évaluation du chiffre d’affaires en général des compagnies d’assurance est contrecarré par de fortes indemnisations qui ont connu une hausse de 4,7% entre 2014 et 2015 représentants un chiffre de 3,2 milliards de DA. D’après le rapport d’activité 2017 du ministère des Finances, le montant des sinistres à payer est passé de 61 milliards de DA en 2014 à 66 milliards de DA en 2015 tandis que les chiffres du Conseil national des assurances CNA indiquent un montant total en 2015 des sinistrés réglés et non réglés dépassant les 123 milliards de DA, A-t-on informé. Les factures présentées par les nombreux clients sont en nette augmentation depuis 2016 et 2017 en particulier en raison de la perte de valeur de la monnaie nationale qui a laissé une hausse des pièces de rechange de véhicules sinon des frais de réparation.
C’est un montant de l’ordre de 99,9 milliards de dinars qui avait été réalisé dans les chiffres d’affaires des assurances en Algérie en 2012 , soit une progression de 14 % des recettes par rapport aux chiffres d’affaires du secteur enregistrés en 2011 qui étaient de 87,3 milliards de DA,. Révèle le Conseil national des assurances. Les assurances de dommages automobile, agricole et transport avaient atteint un chiffre d’affaires de 92 mds de dinars, les primes de l’assurance automobile étaient de 52,2 mds de dinars en 2012, la branche incendie, accidents et risques divers avait contracté 31,7 mds de DA, aux primes de l’assurance de personnes AP, celles-ci étaient de 6,7 mds de DA en 2012 réparties, précise-t-on à 30,3 % pour l’assurance vie et décès, 30,9 % pour la prévoyance collective, 13,8 % pour les accidents et 4 % pour l’assurance maladie certainement peu d’algériens sont assurés contre les catastrophes naturelles et la souscription de cette assurance est obligatoire où le dispositif réglementaire institué à travers l’ordonnance 03-12 du 26 août 2003 retient quatre événements importants notamment les tremblements de terre, les inondations, tempête et vents violents aussi les mouvements de terrain ou les gisements de terrain. 
Cette assurance a pour objet de couvrir les dommages directs causés aux biens suite à la survenance de l’un des événements naturels. le CNA avait mené une enquête montrant que seulement 10 % des foyers algériens sont assurés contre les catastrophes naturelles. Selon des agents des assurances le marché algérien des assurances est composé de 23 compagnies en activités, il y’a des contrats multirisques habitations comme les risques de dégradation , les incendies causés par les fuites de gaz ou d’explosion de bouteilles de gaz butane, les bris de glaces, le vol et les fuites des eaux accidentelles.
Beaucoup de gens possédant un revenu limité ne peuvent souscrire à cette assurance dont la somme est élevée et payée annuellement à titre d’exemple un logement de type F4 coûtant prés de 1 milliard 200 millions de centimes, le total de la prime multirisque à payer avoisine les 30 000 DA qui reste un tarif au dessus des capacités salariales de nombreux citoyens. Certes l’Algérien ne possède pas de culture sur l’assurance, un fait qui cause d’ores et déjà un problème pour les compagnies nationales. A ce sujet il faut citer que la CAAT qui est une compagnie de 22 ans de services au profit de son aimable clientèle avec à l’actif une position de leader en assurance transport privilégiant les investissements dans les risques industriels et possédant 132 points répartis à travers le territoire national et un effectif de près de 1470 personnes.

L’assurance automobile domine dans le marché algérien des assurances
Le Conseil national des assurances indique que le chiffre d’affaires des compagnies d’assurance exerçant en Algérie est en voie de progresser timidement dans lequel la branche automobile qui génère plus de la moitié des rendements du secteur en question avait progressé de 8 % en 2011. En effet l’assurance automobile pèse 50 % dans le portefeuille des compagnies et durant 2011 les compagnies publiques avaient généré 65 % de la production contre 25 % pour les compagnies privées d’où le marché algérien des assurances demeure dominé par cette branche fructueuse. En 2009 le chiffre d’affaires cumulé du secteur du marché des assurances en Algérie avait atteint la somme de 76,5 milliards de dinars malgré la suppression des crédits à la consommation entraînant une légère baisse d’achats de véhicules estimée à 5 % seulement durant cette période et la valeur globale des voitures importées n’avait baissé que légèrement -3,3 %, souligne-t-on.
De son côté la branche transport avait enregistré une hausse de 8,1 % dont l’assurance du transport maritime détenait prés de 65 % du portefeuille de la branche. Sur le plan d’assurance agricole étant réellement indispensable pour mettre les activités agricoles à l’abri de toutes sortes de risques où les agriculteurs algériens sont tout le temps déorientés face au marché des assurances. Dans ce volet il est important de savoir que le secteur agricole compte plus de 75 000 assurés sur près de 900 000 agriculteurs enregistrés à la Chambre nationale d’agriculture. Le Conseil national des assurances avait évalué ces assurés à plus de 3 % de son chiffre d’affaire en 2011.
La Caisse nationale de mutualité agricole possédant prés de 80 % du marché des assurances avait précisé qu’il est nécessaire de protéger le secteur agricole des risques naturels à l’exemple des inondations, incendies, le froid, les tempêtes, la sécheresse et le verglas. Celle-ci place à la disposition des fellahs divers options comme l’assurance de la production végétale, l’assurance des pépinières, des arbres fruitiers ainsi que l’assurance pour la production animale, indique-t-on. Les prix des prestations d’autrement dit les primes d’assurance multirisques sur les risques de production coûtent entre 6 000 et 8 000 DA par hectare, a-t-on informé.

 

 

 

Posté par ecrvain oki à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]