Opération «Aube 2018» à balles réelles

L’armée nationale populaire algérienne ANP continue à perfectionner son système d’attaque et sa stratégie de défense avec de nouvelles manœuvres jamais réaliser auparavant. Effectivement, après la réussite totale en 2018 des manœuvres de grande envergure à balles réelles dont les plus importantes sont «Déluge 2018», «Sakhr 2018», «Balayage 2018» et «Tempête 2018» ont permis le test d'armes sophistiquées.

 

Le 15 octobre 2018, de nouvelles manœuvres à balles réelles, «Aube 2018», exécutées par des unités blindées appuyées par des forces terrestres et aériennes ont été menées par l’armée algérienne au niveau de la cinquième région militaire, a rapporté un communiqué du ministère de la Défense. En effet, poursuivant son programme militaire, l’ANP a effectué des exercices tactiques à balles réelles intitulés «Edhouha 2018» ou «Aube 2018», au niveau du champ de tir de la cinquième Région militaire.
Ces opérations tactiques se sont tenues sous la supervision du général de corps d'armée Ahmed Gaid Saleh, chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale, a-t-on informé de même source. Précisant que le sujet de ces exercices a été la division blindée en contre-offensive qui ont été exécutés par les unités organiques et élémentaires relevant de la 1ère Division blindée, appuyées par des unités terrestres et aériennes devancées par des aéronefs de reconnaissance aérienne du haut commandement.
Notons que le ministère de la Défense a affirmé que cette série de manœuvres est une occasion pour mettre en exergue les compétences et les hautes aptitudes au combat, ainsi que la maîtrise des grands moyens et des systèmes d'armement des différentes catégories de forces, «afin de s'enquérir du niveau de préparation opérationnelle des unités de cette division et d'entrainer le commandement et les états-majors à la coordination des efforts et à la coopération entre les différents corps et forces de l'Armée nationale populaire algérienne. «L’ANP a mené un véritable effort de modernisation et de préparation de ses troupes au combat durant la dernière décennie, et les manœuvres qu'elle a effectuées, souvent à balles réelles, en particulier durant l'année 2018, ne relèvent pas de la propagande et du discours démagogique».
C'est ce qu'écrit la revue El Djeich (l'Armée), l'organe de l'ANP, dans son numéro du mois d'octobre, en réponse aux critiques de ceux qui doutent de la préparation de ses unités au combat. Lors de sa visite en Algérie en 2006 le président Vladimir Poutine a donné un énorme souffle au partenariat stratégique signé entre l'Algérie et la Russie en 2001 à Moscou, en effaçant la dette militaire algérienne de 4,7 milliards de dollars. Profitant de l'apaisement financier des années 2000 due au prix élevé des hydrocarbures, l'Algérie a mené un vaste programme de réarmement de son armée, par l'acquisition de nouveaux équipements sophistiqués et la modernisation des plus anciens.
La Russie a été le principal partenaire de l'Algérie dans l'effort de remise à niveau de son armée. En 2011. cette source indique que l'Algérie a acheté des dispositifs de missiles, anti-missiles, de défense aérienne, des chars et des avions d'entraînement pour un montant de 13 milliards de dollars. Deux sous-marins, de classe «Kilo», ont également été commandés en 2013. Or, l'Algérie est devenue le troisième client en matière d'achat d'équipement militaire de la Russie, derrière l'Inde et la Chine, avec 80% d’armement typiquement russe.