Manœuvres tactiques à balles réelles, ‘’Assifa 2018’’, dans le sud ouest

Le chef d’état-major de l’armée algérienne a supervisé ce 1er octobre, des manœuvres à balles réelles dans le sud-ouest de l’Algérie, région sensible étant donné sa situation limitrophe avec la Libye et les énormes ressources gazières qu’elle renferme.

 

Des exercices tactiques à balles réelles intitulés «Assifa 2018», au niveau des secteurs opérationnels ‘’Sud-Est’’ de la wilaya de Djanet et ‘’Nord-Est’’ de la région d'In Amenas, relevant de la 4e Région militaire d'Ouargla, a indiqué le 30 septembre un communiqué du ministère de la Défense nationale. Et de préciser que ces manœuvres sont tenus sous la supervision du général de corps d'armée Ahmed Gaid Salah, chef d'état-major de l'ANP et vice-ministre de la Défense nationale en visite à Ouargla depuis ce dimanche dernier.
Après avoir suivi la présentation de l'idée générale de l'exercice et ses différentes étapes d'exécution faite par le général-major Hacène Alaïmia, commandant en chef de la 4e Région militaire, le chef d'état-major de l'ANP a affirmé que sa visite était importante puisqu'elle coïncide avec le début de l'année de préparation au combat 2018/2019, qui recèlera de nouveaux acquis de qualité en termes de préparation et de développement, donnant aux efforts de l'ANP un autre élan dans le rehaussement des capacités de nos forces armées.
Conformément à l'importance stratégique que constitue ce territoire avec toutes ses spécificités géographiques et frontalières, étant donné que cette région forme le front sud-est du pays, Gaïd Salah a rappelé lors de sa visite, le 29 août dernier, au commandement de la 4e Région militaire, que la mission de cette dernière était «non seulement de défendre la sécurité et la souveraineté de l'Algérie dans cette zone vitale, ainsi que son intégrité territoriale contre toute tentative hostile quelle que soit sa nature, mais également de veiller à la sécurisation et la protection des infrastructures et le complexe économique et énergétique déployés à travers le territoire de la région», a indiqué le communiqué du ministère de la Défense nationale. Pour rappel, le 16 janvier 2013, le site gazier de Tigentourine, l'un des poumons de l'économie algérienne, à quelques kilomètres d'In Amenas, était la cible d'une prise d'otages orchestrée par une quarantaine de terroristes appartenant au groupe de Mokhtar Belmokhtar Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).